Entête de page

Pôle d'étude et de conservation

C’est au sein du bâtiment de l’Union Sociale, ancien entrepôt de marchandises de l’entreprise Coop Alsace, construit en 1959, que va prendre place une partie des collections des Musées de la Ville de Strasbourg.

La qualité architecturale de ce patrimoine industriel est conservée et magnifiée par l’agence Alexandre Chemetoff, en charge de la maîtrise d’œuvre dans le cadre du projet urbain des Deux-Rives. Les magasins de réserves, répartis sur tous les étages sont rendus aveugles pour des questions de conservation des collections. Le bâtiment initial est surélevé d’un étage percé de larges baies offrant une lumière naturelle aux espaces de travail (ateliers spécialisés, locaux de consultation des œuvres, bureaux). Le rez-de-chaussée accueille au Nord, les services techniques des musées. Leurs espaces de travail sont visibles depuis la voirie dans une volonté de partager les fonctions du bâtiment avec les habitants. Sur les façades Sud et Ouest courent deux séries de vitrines. La vitrine Sud présente l’histoire de la Coop Alsace et du mouvement coopératif à l’aide d’une frise chronologique dynamique exposant divers objets et photographies liés à l’entreprise. La vitrine ouest se propose, quant à elle, une présentation des métiers des musées illustrés par Mathias Picard.

A l’extérieur du volume principal, en regard d’une troisième vitrine constituant une réserve témoin, est positionné le Trait d’Union, espace de médiation qui a pour vocation de mettre en valeur les métiers du patrimoine et de communiquer sur les fonctions du Pôle d’Etude et de Conservation.

 

« Le centre de conservation apparaît donc comme le lieu et l’outil potentiel de constitution de la réalité culturelle d’une “collection” […] et de mise en lumière de ce qui resterait autrement invisible ou trop diffus. Faire musée autrement : voilà peut-être ce que serait l’ambition, plus ou moins affirmée, de certains centres de conservation, non pas au-delà des aspects techniques professionnels toujours premiers (il s’agit d’abord de lieux de conservation et de travail sur des objets de collections), mais en s’appuyant sur ces aspects techniques»

Hugues Fontenas, in L’architecture hybride des centres de conservation : exposer / protéger les actes de la conservation, 2015