Entête de page

Dernières nouvelles d’Argentorate

Agrégateur de contenus

Présentation

Un quartier de Strasbourg-Argentorate du Ier au IVe siècle après J.-C.

SÉRIE « FOUILLES RÉCENTES EN ALSACE » N°10

La naissance de Koenigshoffen est étroitement liée à l’implantation de l’armée romaine à Strasbourg dès le début du 1er siècle après J.-C. Les fouilles, récemment menées dans le cadre du projet « Porte des Romains » par le Pôle d’archéologie interdépartemental rhénan (devenu Archéologie Alsace), ont mis une nouvelle fois en pleine lumière le riche patrimoine archéologique de ce secteur ouest de Strasbourg : stèles funéraires de légionnaires, fondations de mausolées en bordure de la voie antique, fragments sculptés de lions et de sphinges funéraires, ainsi que de nombreuses informations nouvelles sur l’urbanisme de ce secteur civil proche du camp légionnaire. Si les découvertes faites sur le site de la « Porte des Romains » sont au coeur de l’exposition, elles fournissent aussi l’occasion de proposer au grand public un large bilan actualisé des connaissances sur le passé antique du vicus de Koenigshoffen et sur les relations entretenues avec le proche camp militaire d’Argentorate.

Le long de l’actuelle route des Romains s’est développé en effet un important habitat civil entre le 1er et le 4e siècle après J.-C. Plusieurs grandes nécropoles − dont certaines ont livré de remarquables stèles funéraires de légionnaires et de cavaliers auxiliaires − étaient également établies aux sorties est et ouest de l’actuelle « route des Romains ». La voirie, l’organisation de l’espace et des vastes quartiers d’habitation, l’implantation des activités artisanales (fours de potiers et de tuiliers) ont été précisées peu à peu grâce aux observations régulièrement effectuées depuis le milieu du XIXe siècle. Un sanctuaire du dieu oriental Mithra a également été exploré au début du XXe siècle par R. Forrer lors de la construction de l’église Saint-Paul.

La plupart des découvertes anciennes a été réunie et présentée au public grâce à leur collecte par la Société pour la conservation des monuments historiques, puis par le Musée archéologique de Strasbourg. Elles ont été largement complétées au cours des quatre dernières décennies grâce aux fouilles archéologiques préventives réalisées sous l’égide du Service régional de l’archéologie à l’occasion des grands travaux d’infrastructures et d’aménagements urbains qui ont transformé l’ensemble du quartier de Koenigshoffen.

Commissariat : Bernadette Schnitzler, conservateur en chef du Musée Archéologique en collaboration scientifique avec Pascal Flotté et Géraldine Alberti (Archéologie Alsace), responsables de l’opération « Porte des Romains », ainsi qu’avec le Service régional de l’archéologie d’Alsace (DRAC Grand Est, site de Strasbourg), les archéologues de l’Institut national de recherches archéologiques préventives et d’Archéologie Alsace.

Agrégateur de blogs

Rixe à la sortie d’une taberna

Hier soir, aux   de la nuit, une bagarre a éclaté à la sortie d’une taverne. Un homme blessé a été retrouvé dans le fossé du decumanus aux premières heures du jour par un marchand se rendant à Tres...

Obsèques de dame Florentina

Une des plus célèbres habitantes...

Une statue monumentale de l’empereur inaugurée hier

C’est en présence du légat, du flamine et de... (lire la suite)

Nouvelle estampille pour la tuilerie de la légion

Une nouvelle estampille a été gravée dans les fabrica d’Argentorate. Sa simplicité et son élégance ont été saluées par tous les six tribuns de la légion à qui elle a été soumise. On y trouve...

Démolition dans la nécropole : le vicus s’agrandit

La vieille nécropole du siècle dernier est en train de disparaître. Les ouvriers s’activent pour démolir les anciens enclos funéraires abandonnés et les quelques mausolées encore en place. Le...