Entête de page

Bibliothèque du palais Rohan

Les corps de bibliothèque occupant la partie inférieure de la vaste salle qui clôture l’enfilade de l’appartement du roi viennent de faire l’objet d’une restauration d’envergure. Ce magnifique espace combine deux pièces rares dans la distribution d’une demeure de l’époque, la bibliothèque et la galerie. Le goût du prince-évêque Armand Gaston de Rohan pour les livres rend l’existence d’une telle pièce incontournable.

Les sept corps de bibliothèque sont exécutés en acajou massif par l’ébéniste Bernard Kocke (1738-1741). Les armoires à livres à double porte grillagées de fil de laiton alternent entre composition symétrique et asymétrique et sont rehaussées de riches ornements en bronze doré au feu suivant la même règle d’alternance. Des tablettes en marbre de Flandre couronnent l’ensemble.

La restauration a permis de redonner toute son homogénéité à ce mobilier exceptionnel. Le recollage des éléments cassés, le comblement des lacunes des moulures par greffes, le nettoyage et la reprise de la finition à l’encaustique ainsi que la remise en place de deux portes d’armoires anciennement inversées, ont notamment contribué à restituer le chefd’oeuvre de Kocke dans sa splendeur initiale. Le bois d’acajou a ainsi retrouvé sa magnifique tonalité d’origine, un rouge profond et soyeux, relevé par la dorure des bronzes rocaille dorés au feu. Au nombre de 241 et de 17 modèles différents, ces ornements ont fait l’objet d’une dépose complète et minutieuse afin d’opérer leur nettoyage, le comblement de lacunes, la remise en forme de certains d’entre eux, le réassort des modèles manquants. Ces réassorts, de même que les bronzes restitués dans les années 1930, ont été redorés de sorte à les harmoniser avec l’éclatante dorure au mercure des bronzes originaux.

Avec les quatre tapisseries restaurées en 2010-2011 surmontant les corps de bibliothèque, les armoires à livres enveloppant la salle sur ses quatre côtés, restaurées à leur tour, redonnent à cette salle toute la splendeur dont s’émerveillaient les visiteurs de la galerie au xviiie siècle.