Entête de page

Paire de torchères

Ces somptueuses torchères ont été acquises par le cardinal Louis René de Rohan-Guéméné, quatrième et dernier prince-évêque de Rohan, en prévision de l’ameublement du nouveau château de Saverne alors en cours de construction. Achetées sur le marché parisien et transférées à Saverne entre 1779 et 1784, les torchères sont décrites comme suit : « … torchères de bois sculpté, peint et doré, le Soc en marbre portant chacune un vase à trois branches de lys d’or moulu ». Saisis révolutionnairement et transférés au Museum départemental de Strasbourg, ces objets sont historiquement précisément documentés. De plus, chose rarissime, le dessin qui a présidé à leur réalisation est connu : il est signé Pierre-Adrien Pâris, dessinateur de la Chambre et du Cabinet du roi, architecte des Menus-Plaisirs du roi.

C’est grâce à la volonté conjointe de trois mécènes que la restauration a pu se faire. L’Association « Congrès des Notaires de France », l’Association « Bienvenue à Strasbourg » et M. Jean-François Sagaut ont par leur générosité contribué à couvrir la quasi-totalité du montant des travaux de restauration.

La polychromie de marbre et de porphyre en trompe-l’oeil a été refixée et restituée dans ses tons d’origine. La dorure sur bois et sur métal, quant à elle, a retrouvé son éclat après nettoyage, consolidation et réintégration des lacunes. La prise du couvercle de la cassolette sommitale ayant disparue, il a été possible de la remplacer en prenant appui sur le dessin de Pâris. Un bouton en graine approchant, identifié sur des cassolettes conservées au Musée des Arts décoratifs de Paris, a servi de modèle pour la réalisation d’une fonte en bronze ciselé qui est venue couronner avec bonheur la restauration. La ré-électrification discrète des bras de lumière complète judicieusement cette opération exemplaire.