Détail Entité

Selle du temps des Huns

Époque mérovingienne (5e siècle après J.-C.)
Inv. : 706
Dim. : L. : 370 mm, larg. : 320 mm, ép. : 3 mm
Argent doré
Provenance : Mundolsheim (ancien fort)
Musée Archéologique

Le mobilier de cette tombe de cavalier, mise au jour au sud-ouest de la localité au moment de la construction du fort militaire en 1881, se compose d'un bel ensemble de pièces métalliques :

  • quatre appliques de décor de selle groupées par paires sont ornées d'un décor de fines écailles (placées sur la reconstitution d’une selle en bois),
  • une boucle de harnachement rectangulaire en argent,
  • deux anneaux et une virole facettée en argent,
  • deux passe-courroies à plaque circulaire en argent doré, sans doute les vestiges du porte-épée,
  • une passe-courroie en forme de fine languette allongée en argent doré,
  • un gobelet apode en verre.

Cette sépulture est célèbre surtout pour les appliques décoratives de la selle (à l’origine, une selle en bois comme celle qui a été reconstituée ici). Il s’agit d’une découverte unique à ce jour en Occident pour cette période, alors que ce type d'objet est courant dès l'époque hunnique dans les steppes de Russie méridionale, du Caucase, de la Crimée et des régions du Danube. Elles dénotent une influence des Huns, mais probablement sans que le personnage inhumé à Mundolsheim ne soit lui-même un Hun.

R. Forrer est le premier à publier cette série, en la datant de la basse-époque romaine et en l'attribuant à "quelque chef des auxiliaires barbares au service du César Julien tombé dans la bataille de Strasbourg en 357". J.-J. Hatt, quant à lui, proposait d'identifier ces plaques avec le décor d'un goryte, carquois d'arc connu chez les Scythes dès le 5e siècle avant notre ère. L'hypothèse la plus actuelle y voit des éléments de décor de la selle d'un chef militaire barbare, d'origine hunnique et venu des steppes du monde oriental, qui servait dans les troupes frontalières romaines de Rhénanie.