Détail Entité

Reniflard chuintant

Dominique Nitka
1981
Nom scientifique : Emunctator sorbens.
Musée Zoologique

Le 1er avril 1981, un spécimen de reniflard chuintant, une nouvelle espèce, fait son apparition dans une des vitrines du musée. Retrouvée dans les réserves, la dépouille vient d’être naturalisée par D. Nitka, le taxidermiste. L’événement relayé par la presse locale fait grand bruit, le public accourt pour  découvrir cette étrange créature. Le 2 avril, déception, le poisson d’avril est dévoilé : l’animal en question n’existe pas, c’est une chimère réalisée à partir du corps d’un écureuil affublé d’une queue de rat elle-même munie d’une griffe de grand tétras.

Cet étrange animal avait été inventé une vingtaine d’années auparavant. En effet, en 1961, sous le pseudonyme d’Harald Stümpke, Gerolf Steiner, professeur de zoologie à l’Université de Karlsruhe, publie un ouvrage sur l’anatomie et la biologie des Rhinogrades, un nouvel ordre de mammifères. En 1962, la version française sera préfacée par l’éminent zoologiste Pierre-Paul Grassé, référence incontournable dans ce domaine.

Le livre de Gerold Steiner est l’un des plus beaux canulars de l’histoire de la zoologie. Il décrit avec une extrême rigueur scientifique un groupe de vertébrés insectivores disparus de la planète suite à la destruction de l’archipel de Hi-iay où ils vivaient. Les rhinogrades sont décrits dans les moindres détails et en particulier l’usage qu’ils font de leur nez proéminent appelé aussi nasarium. Le reniflard chuintant, par exemple, pêche dans les cours d’eau grâce à des filaments gluants émergeant de son nez. Pour remonter ses proies, il renifle fortement, d’où son nom.