Détail Entité

Airflow

Joana Vasconcelos
2001

Cravates en soie naturelle, fer métallisé et thermolaqué, ventilateurs, matériel électrique, automate programmable, alimentation électrique 

222,5 × 166,5 × 155 cm

 

Provenance : Collection privée, Lisbonne
MAMCS

Espace au carrefour de plusieurs usages domestiques (il évoque à la fois un salon, un dressing, une buanderie, etc.), cette salle, plaisante et déroutante à la fois, réunit plusieurs œuvres ayant trait à l’élément aérien. Joana Vasconcelos se plaît à nous égarer dans cette « maison folle » où rien n’est à sa place, où rien de fonctionne comme il devrait, où les objets révèlent une puissance narrative insoupçonnée.

À propos de l’œuvre

Cette collection de 108 cravates en soie (appartenant à un particulier) s’aborde frontalement à la façon d’une tapisserie joyeusement colorée, en témoignent certains modèles particulièrement bariolés. Sans avertissement préalable, des ventilateurs placés à l’arrière du portant se mettent en marche, créant une danse frénétique parmi les tissus qui se mettent à flotter au vent pour reprendre, un instant plus tard, leur place, bien rangés les uns à côté des autres. Œuvre espiègle, Airflow joue sur les codes sociaux : la cravate, accessoire de l’« uniforme masculin », symbole d’une certaine représentation de l’homme, se révèle ici incroyablement simple à balayer d’un souffle. Airflow, en oscillant constamment entre la deuxième et la troisième dimension, interroge aussi la plasticité de l’œuvre d’art dont Joana Vasconcelos met en évidence le côté insaisissable.