Détail Entité

Bible Froschauer

Christoffel Froschauer (éditeur)
1542

Papier, reliure bois et cuir

Provenance : Éditée à Zurich (Suisse), en usage à Salm (Bas-Rhin) - Don de Paul Hege en 2014
Musée Alsacien

Le mennonitisme est un mouvement chrétien de la famille protestante, issu de la Réforme au début du 16e siècle, dont le foyer est l’axe rhénan, de la Suisse aux Pays-Bas, qui a ensuite migré dans d’autres parties du monde, notamment aux États-Unis. Il s’agit d’un culte anabaptiste, qui refuse le baptême des nouveaux-nés au profit d’un baptême d’adultes en pleine conscience et capacité de professer leur foi. C’est pourquoi on appelle les Mennonites "Täufer" ou "Wiedertäufer" en Alsace, où ils s’installent à partir de 1670.

Cette bible, de version Teütsch, fût achetée par un M. Kupferschmidt, issu d’une famille mennonite de Salm, à Joseph Auer. Il s’agit d’une bible particulièrement intéressante, éditée à Zurich par Christoffel Froschauer, qui se représente plusieurs fois dans des illustrations, sous la forme d’une grenouille (Frosch en allemand).

Outre la très belle couverture en bois tendu de cuir, l’ouvrage est d’un contenu remarquable. Cette Bible Froschauer est bien connue chez les mennonites, elle est dite Täuferbibel, puisqu’elle est contemporaine d’Ulrich Zwingli, qui participe à sa composition (la première édition date de 1531). Il œuvre sur le plan linguistique, pour se rapprocher des dialectes alémaniques parlés dans le canton de Zurich (haut-alémanique, comme dans le Sundgau), mais aussi théologique, pour mieux correspondre aux idées des réformateurs de Zurich.

Son contenu s’organise en cinq parties :

  • avant-propos,
  • concordance listant les références des textes bibliques,
  • plan de lectures liées aux dimanches et jours de fêtes de l’année,
  • table des matières,
  • calcul détaillé du temps depuis Adam.

Le texte biblique est distribué en deux parties :

  • de la Genèse à Esther puis les textes "apocryphes",
  • du livre de Job à Malachie (poétiques), suivi du Nouveau Testament.

Il est étonnant que cette Bible contienne les livres du canon catholique, que l’on appelle "deutérocanoniques", qui sont perçus comme secondaires, même pour les catholiques. Ces livres de l’Ancien Testament ne font pas partie de la bible hébraïque, la seule jugée légitime par Luther. Ces livres souvent rédigés en grec à l’origine sont donc rejetés par les protestants, qui les considèrent "apocryphes" (cachés), "non inspirés" par Dieu ; toutefois Luther juge bon et utile de les lire. Il est en outre intéressant de constater que dans cette Bible, de nombreux passages sont annotés avec une écriture qui peut être située par son style au 18e siècle. Les annotations concernent notamment dans les Psaumes, les Évangiles, les épitres de Paul… mais pas les livres controversés ! Cela pourrait témoigner du rejet de ces livres par les Mennonites, issus de la Réforme protestante. Ils abandonneront d’ailleurs l’usage de ces bibles Froschauer au 19e siècle au profit de Bibles de Luther en "allemand classique".