Détail Entité

La Crucifixion et le Baiser de Judas

Atelier strasbourgeois, 1220

Verre, plomb
51 x 53 cm (Crucifixion) ; 52,5 x 52 cm (Baiser de Judas)
Inv. 22.2012.1.1 et 22.2012.1.2

Provenance : Acquit en 2012.
Musée de l'Œuvre Notre-Dame

Ces deux vitraux ont rejoint le musée en 2012 un ensemble de sept médaillons et un fragment provenant de l’ancienne église des Dominicains de Strasbourg. Cette église, l’une des plus importantes constructions de l’ordre dans le sud de l’Empire, fut détruite par un bombardement en 1870. Ses remarquables verrières avaient été mises en place avant sa consécration en 1260, puis lors d’une seconde phase de construction après 1307. Elles furent en grande partie acquises par la Fondation de l’Œuvre Notre-Dame au XIXe siècle, pour revitrer la cathédrale.

Issue de la première période de construction, la verrière d’où provenaient ces deux vitraux occupait vraisemblablement l’axe du chœur de l’église. Cet ensemble monumental, composé suivant un principe d’association typologique entre scènes de l’Ancien et du Nouveau Testament, semble avoir constitué un prototype dans le monde germanique. Il était composé de trente-six scènes, dont la moitié est aujourd’hui perdue.

Les scènes, très expressives, sont peuplées de figures véhémentes vêtues de drapés à plis cassés. Elles se partagent en trois groupes dont les mosaïques de fond et les bordures diffèrent. Ces œuvres sont dues à un atelier actif à la même période à la cathédrale de Strasbourg et à l’église Saint-Thomas.