Détail Entité

La Nativité de la Vierge

Maître du Paradiesgärtlein
Strasbourg vers 1410-1420

Huile sur panneau de sapin
115 x 114 cm
Inv. MBA 1481

Provenance : Provient de l’Hospice Saint-Marc de Strasbourg. Dépôt des Hospices civils de Strasbourg depuis 1936.
Musée de l'Œuvre Notre-Dame

Les panneaux de La Nativité de la Vierge et du Doute de saint Joseph proviennent de l'ancien couvent Saint-Marc de Strasbourg. Ils ont probablement fait partie d'un grand retable consacré à la Vierge, aujourd'hui disparu.

Le panneau de La Nativité de la Vierge présente à droite la chambre de sainte Anne, qui se lave les mains dans un bassin doré, tandis qu'une servante verse l'eau d'une aiguière. Au premier plan, une jeune fille soutient la Vierge, enfant en tunique blanche, qu’une femme plus âgée assise à terre est en train de distraire. Une troisième jeune fille apporte une écuelle, dans l'encadrement d'une porte. À gauche, Joachim, l'époux de sainte Anne, converse avec un jeune homme dans un vestibule étroit ; un domestique portant une amphore s'engage dans l'escalier. Le caractère enfantin des visages et la gracilité des silhouettes permettent de rattacher la Nativité et son pendant à l’art du Maître du Paradiesgärtlein, ainsi nommé en référence au célèbre Jardin de paradis conservé au Städelsches Kunstinstitut de Francfort.

Son œuvre témoigne de l’importance de l’art italien parmi les composantes du style international. Elle présente des analogies de composition avec un panneau du siennois Andrea di Bartolo, qui reproduit lui-même une fresque disparue réalisée en 1335 par Ambrogio Lorenzetti à l'hôpital de Sienne. Cette composition se caractérise par un découpage en deux parties inégales, qui permet de représenter simultanément deux scènes contemporaines, ici la Naissance de la Vierge et l'Annonce à Joachim. La composition a peut-être été transmise à Strasbourg par l'intermédiaire d'un peintre strasbourgeois qui œuvrait à Avignon au début du XVe siècle, au contact de nombreux artistes siennois. Mais l'adaptation de cette scène au milieu strasbourgeois a engendré des modifications : ici, sainte Anne n'est pas allongée sur son lit d'accouchée et la Vierge est déjà un petit enfant, non plus un nourrisson. Ainsi, cette scène serait plutôt une figuration de l'Éducation de la Vierge qu'une Nativité à proprement parler.