Détail Entité

Le Triomphe de Galatée

Louis de Boullogne le Jeune, (Paris, 1654 - Paris, 1733)

Huile sur toile, 72 x 103 cm

Musée des Beaux-Arts

Louis de Boullogne est un artiste fascinant, dont la vie et l’œuvre se situent entre les grands décors du château de Versailles dirigés par Charles Le Brun et la « génération de 1700 » (comprenant Boucher et Chardin) qui incarne le Siècle de Louis XV. Du premier, Boullogne retient la grande leçon classique, qui est celle de Nicolas Poussin ; il fut un des modèles de ses cadets par sa grâce et la détente apportées à la peinture française.

Fils d’un bon peintre, Louis entreprit, comme son frère Bon, la même carrière. Il compléta sa formation à l’Académie de France à Rome et dès son retour fut employé à Versailles. Reçu en 1681 à l’Académie royale de Peinture et de Sculpture, son talent lui permit de recevoir tous les honneurs jusqu’à être nommé Premier Peintre de Louis XV et même anobli. Sa vie durant l’artiste a notamment médité l’art des bolonais (en particulier l’Albane), qui donne cet air « rocaille » à ses plus belles réalisations.

Le sujet est tiré des Métamorphoses d’Ovide. On voit à gauche le cyclope Polyphème qui tomba amoureux de Galatée représentée triomphante sur les mers, sur une conque tirée par un dauphin et entourée de naïades, putti et tritons. L’artiste a choisi de ne pas représenter Acis, rival malheureux de Polyphème. Au début du XVI e siècle Raphaël en avait donné la version canonique à la Villa Farnésine.

Un tableau sur ce sujet fut exposé par l’artiste aux Salons de 1699 puis de 1704. Il est préparé par un important dessin préparatoire conservé au Louvre qui rappelle que Boullogne fut également un admirable dessinateur.

Cette acquisition du Musée des Beaux-Arts permet de représenter ce moment précieux de la peinture française jusqu’à présent absent dans le parcours du musée, entre l’art classique (celui d’un Le Sueur) et les débuts du jeune Boucher, présents quant à eux sur les cimaises du musée.