Détail Entité

Nature morte au nautile

Willem Kalf (Rotterdam, 1619 - Amsterdam, 1693)

Huile sur toile, 70 x 59 cm

Musée des Beaux-Arts

Après avoir travaillé à Paris de 1640 à 1646, Kalf retourne en Hollande et s'installe à Amsterdam en 1653. Il commence par peindre des cuisines et autres intérieurs rustiques, puis des compositions remplies de pièces d'orfèvrerie, de coquillages, d'armes… Plus tard, il se rendit célèbre par des natures mortes moins chargées, aux tons précieux sortant d'un clair-obscur à la Rembrandt.

Le musée de Strasbourg conserve quatre peintures de Willem Kalf. Le vieux puits et L'intérieur de grange, peints dans des camaïeux de bruns, appartiennent à sa première période. Tandis que La Nature morte au Nautile et cette Nature morte sont des œuvres plus tardives.

Émergeant mystérieusement d'un fond presque noir, un grand verre à pied orné de grappes de raisin est posé sur un plateau d'argent, avec un citron à l'écorce à demi déroulée d'où semble émaner la lumière qui éclaire l'ensemble de la composition, une orange, un couteau au manche de cristal, deux noisettes, un pépin même, le tout sur une table en marbre qui disparaît à droite sous les plis d'un tapis d'Orient.

Willem Kalf montre une incomparable virtuosité technique qui met en évidence et différencie la qualité des matières figurées à travers la délicate diffusion de la lumière et le jeu très serré des reflets et des transparences. Selon toute probabilité, Kalf a utilisé la caméra obscure pour ses esquisses préalables, ce qui lui a permis de pratiquer une étude précise des effets de lumière et de couleur.

Précision et préciosité du savoir-faire comme du choix des sujets représentés et de ceux-ci même, s'opposent et s'allient tout à la fois à une utilisation de la lumière qui dissout la matérialité des différents éléments. Dépassant leur statut propre, ils deviennent des fragments plus ou moins lumineux qui éclaircissent de leur intérieur l'obscurité, état universel du monde.