Détail Entité

Judith et la servante

Antonio Allefri, dit le Corrège (Corregio, 1489-1494 - Corregio, 1534)
Vers 1510-1511

Huile sur bois, 27 x 20 cm

Musée des Beaux-Arts

Cette œuvre étrange, sûrement le premier tableau nocturne du Corrège et même de la peinture italienne, annonce par le jeu entre l’ombre et la lumière ce que feront Caravage et les caravagesques un siècle plus tard.

Le Corrège dispose les personnages bibliques sur un fond sombre, ils ne sont éclairés que par la torche tenue par la servante. La nuit est propice au drame. La lumière découpe, sculpte les formes et donne à cette scène nocturne une atmosphère mystérieuse. En effet, l’histoire racontée ne se laisse pas immédiatement saisir. Au centre du tableau, la main de la belle Judith est la clé de compréhension. Cette main attire le regard et mène à la tête coupée du général Holopherne plongée dans l’obscurité et marque ainsi la victoire des habitants de la ville de Béthulie sur les troupes du roi Nabuchodonosor.