Détail Entité

Une jeune fille cosaque trouve Mazeppa évanoui sur le cheval sauvage

Théodore Chassériau (Saint-Domingue, 1819 - Paris 1856)
1851

Huile sur bois, 46 x 37 cm

Musée des Beaux-Arts

La légende raconte que Mazeppa a été surpris en flagrant délit d’adultère par un polonais jaloux. Celui-ci l’aurait attaché nu sur un cheval sauvage qui l’a emporté jusqu’en Ukraine.

Réinterprétant à sa manière le poème de lord Byron, Chassériau a choisit de montrer dans ce tableau l’issue presque fatale d’une longue course effrénée. Il s’attache à dramatiser et à poétiser la scène : l’œil noir et grand ouvert du cheval, le geste impuissant de Térésa et l’envol des oiseaux de proie dans un ciel obscurci contribuent à rendre un sentiment ambigu mêlant charme, grâce et douleur.

L’œuvre de petite taille est remarquablement construite par des jeux de lignes, au service d’"une expression plastique à la mesure de son thème grandiose" (Henri Zerner).