Détail Entité

Miroir de toilette

Johann Jacob Kirstein (1733-1816, maître en 1760)
Vers 1786

Argent doré, glace au mercure et noyer
H. : 96,5 cm, l. : 56,6 cm, P. : 7,2 cm

 

Musée des Arts Décoratifs

Au sommet de ce miroir de toilette en vermeil sont représentées les armes d’alliance de Maximilien Joseph de Deux-Ponts-Birkenfeld (1756-1825) et de Caroline de Bade-Durlach (1776-1841).

Les dimensions importantes du miroir (il mesure près d’un mètre de hauteur) ont conditionné une mise en œuvre particulièrement complexe mais ont également favorisé la réalisation d’une ornementation exceptionnelle. Un cadre de noyer, visible à l’arrière du miroir, sert de support aux différentes pièces en argent doré qui y sont fixées principalement par vissage à écrous. Les éléments constitutifs de cet habillage en métal, partiellement fondu ou repoussé, sont ciselés, gravés, brasés, rivetés ou vissés. À l’arrière, un chevalet, en noyer ajouré en forme de lyre et monté à charnière en argent doré, permet de maintenir le miroir sur la table de toilette.

Le miroir fait partie du nécessaire offert par Maximilien Joseph de Deux-Ponts, colonel-propriétaire du régiment d’Alsace à Strasbourg, à Augusta Wilhelmine de Hesse-Darmstadt (1765-1796), fille du comte Georges Guillaume de Hesse-Darmstadt et de Marie Albertine Louise de Linange-Heidesheim, à l’occasion de la naissance de leur fils ainé. En 1785, lorsque le prince Maximilien épouse la princesse de Hesse-Darmstadt, la succession du siège électoral de Bavière est fortement compromise et les Wittelsbach sont à la veille de perdre leur dernière chance de le conserver. En l’absence de descendance mâle des princes palatins, ce siège reviendra à la Maison d’Autriche. Un an après le mariage du prince Maximilien de Deux-Ponts, le 25 août 1786, naît l’héritier tant attendu qui va assurer la survivance de la lignée des Wittelsbach.

La magnificence de la toilette, et tout particulièrement du miroir, s’explique dès lors ; l’hommage du prince à son épouse devait être à la hauteur de l’événement. Par testament du 13 janvier 1795, rédigé peu avant sa mort survenue en 1796, la princesse lègue à son mari le nécessaire constitué d’environ vingt-cinq pièces. Les armoiries du miroir de toilette sont remplacées entre octobre 1804 et décembre 1805 par les nouvelles armes du prince, devenu électeur de Bavière et du Palatinat du Rhin depuis 1799, et de la princesse Caroline de Bade-Durlach, sa seconde épouse depuis 1797. Maximilien est couronné premier roi de Bavière en 1806 ; son fils lui succède en 1822 sous le nom de Louis Ier.