Détail Entité

Glaive et son fourreau décoré

Époque romaine (1er siècle après J.-C.)

Inv. : 18 625 A/B
Dim : Épée : L. : 535 mm, larg. : 70 mm, Fourreau : L. : 540 mm, larg. : 80 mm
Fer et bronze

Provenance : Strasbourg-Koenigshoffen.
Musée Archéologique

Ce glaive a été découvert en août 1904 à l'entrée du vicus romain de Koenigshoffen, dans une couche d'argile grise à 2 m de profondeur, encore en place dans un fourreau en excellent état de conservation. Il peut s'agir aussi bien d'une pièce perdue lors d'un combat que d'un ex-voto lié à la proximité d'une source. La lame en fer à pointe acérée est seule conservée et l'on ne sait donc pas comment se présentait le pommeau. Le fourreau, dont la partie en bois ou en cuir a disparu, épouse la forme de la lame : 2 gouttières en U se prolongent par un triangle allongé; s'y insérait chacune des deux plaques en bronze estampé. La plaque centrale rectangulaire est décorée d'une main de Jupiter, enserrant trois foudres symétriques, flanquées de deux paires de motifs ailés et de peltes. La partie supérieure de la plaque porte le nom du fabricant : Q. NONIENUS. PUDES. AD. ARA. F. dans un bandeau en relief. Le registre inférieur est triangulaire. Le décor ajouré se structure autour d'une colonnette centrale ailée, entourée de dauphins et de peltes. Griffons et aigle terrassant un animal complètent le décor.

L'iconographie s'organise ainsi autour d'une symbolique guerrière avec, en thème central, la puissance victorieuse de Jupiter, associée à une série de symboles de protection. L'inscription confère un intérêt supplémentaire à cette arme puisque l'on peut attribuer sa fabrication à Quintus Nonienus Pudens. La localisation de son atelier (ad aram) est plus difficile à préciser. Plusieurs hypothèses ont été avancées : Ara Ubiorum (Cologne), Lugdunum (Lyon).

Deux autres découvertes faites à Vindonissa et au Grand Saint-Bernard plaideraient pour une origine plutôt lyonnaise, en raison d'une disposition identique de l'inscription et de la similitude des caractères des estampilles. L'ara serait ainsi l'autel de Rome et d'Auguste dressé dans la capitale des Trois Gaules.