Entête de page

Agrégateur de contenus

Présentation

A la fin du 19e et au début du 20e siècle, l’Alsace est un véritable laboratoire des traditions de Noël. Les coutumes séculaires très diverses du nord au sud de l’Alsace connaissent alors une évolution particulièrement dense et rapide. Les bouleversements industriels, artistiques et politiques provoquent alors un bouillonnement civilisationnel qui prend une coloration tout particulière entre Vosges et Rhin. La création du Musée Alsacien, ouvert au public en 1907, participe à ce mouvement avec pour but de garder une fenêtre ouverte sur un monde qui se transforme si rapidement.
À la fois imprégnés de leurs propres traditions populaires et sensibles aux traditions importées d’ailleurs, les Alsaciens sont les acteurs d’un renouveau des fêtes de Noël. Les boules de Meisenthal que le père de famille accroche aux branches du sapin, la clochette du Chrìschtkìndel que fait tinter la voisine, les premiers jouets manufacturés que découvrent les enfants dans la Stùb : ces gestes des gens ordinaires sont les révélateurs des évolutions qui ont alors cours.
Ainsi l’arbre de Noël, né entre Vosges et Forêt-Noire, connaît une expansion mondiale, tandis que la couronne de l’Avent traverse toute l’Allemagne et le père Noël l’Atlantique jusqu’aux rives de l’Ill. La pomme de Noël ne pousse plus sur l’arbre mais jaillit de l’art du souffleur de verre. Coutumes ancestrales, échanges internationaux et renouvellement constant des pratiques populaires constituent alors l’alchimie de ce qui fait aujourd’hui de Strasbourg la « capitale de Noël ». Au fil des salles du Musée, nous vous invitons à découvrir les traces du Noël de la Belle Époque, entre traditions alsaciennes et renouveau.