Retour

Musées de la ville de Strasbourg

Acquisitions récentes - Musées de Strasbourg

Accueil MOND

Bienvenue au
Musée de l’Œuvre Notre-Dame
Arts du Moyen Âge
Bienvenue au
Musée de l’Œuvre Notre-Dame
Arts du Moyen Âge

Chiffres clé MOND

7
siècles d'art
42
salles
5800
élèves accueillis par an

Musée de l'Œuvre Notre-Dame

Situé au pied de la cathédrale, le musée propose une promenade à la découverte de sept siècles d’art à Strasbourg et dans la région du Rhin Supérieur. Ses riches collections médiévales et Renaissance témoignent du passé prestigieux de la ville, qui fut du XIIIe au XVIe siècle l’un des plus importants centres artistiques de l’Empire germanique.

En savoir plus...

Applications imbriquées

Oeuvre à la Une tête MOND

Agrégateur de contenus

Agrégateur de contenus

Agrégateur de contenus

Agrégateur de contenus

null Acquisitions récentes

Acquisitions récentes

Musée des Beaux-Arts et MAMCS

Les Musées de la Ville de Strasbourg viennent d’enrichir significativement leurs collections grâce au don de Françoise Saur d’une série de photographies pour le Musée d’Art moderne et contemporain (MAMCS) et à l’acquisition d’un tableau de Louis de Boullogne en faveur du Musée des Beaux-Arts.

Françoise Saur, Compositions sur le marbre, 2019

Françoise Saur, Compositions sur le marbre, 2019 Série de vingt-six photographies, 120x85 cm et 60x42 cm.

Françoise Saur, Compositions sur le marbre, 2019 Série de vingt-six photographies, 120x85 cm et 60x42 cm.

L’artiste a souhaité faire don au MAMCS de l’intégralité d’une série intitulée « Compositions sur le marbre » qui donne à voir un ensemble de natures mortes mettant en scène des fleurs dans un vase posé sur fond de marbre. Cueillies près de Colmar, les variétés de fleurs différent, mais toutes sont d’une seule et unique couleur, constituant un herbier de la flore locale en forme de nuancier empruntant à la palette du peintre. Dans un décorum à l’esthétique mortuaire, les fleurs de Françoise Saur sont encore belles et colorées ; elles achèvent de s’épanouir via un medium emblématique de l’écoulement du temps (la photographie et le temps de pose), offrant leurs derniers éclats à l’objectif de l’artiste.

Louis de Boullogne le Jeune, Le Triomphe de Galatée

Louis de Boullogne le Jeune, (Paris, 1654 - Paris, 1733), Le Triomphe de Galatée Huile sur toile, 72 x 103 cm

Le sujet est tiré des Métamorphoses d’Ovide. On voit à gauche le cyclope Polyphème qui tomba amoureux de Galatée représentée triomphante sur les mers, sur une conque tirée par un dauphin et entourée de naïades, putti et tritons. L’artiste a choisi de ne pas représenter Acis, rival malheureux de Polyphème. Au début du XVI e siècle Raphaël en avait donné la version canonique à la Villa Farnésine.

Cette acquisition du Musée des Beaux-Arts permet de représenter ce moment précieux de la peinture française jusqu’à présent absent dans le parcours du musée, entre l’art classique (celui d’un Le Sueur) et les débuts du jeune Boucher, présents quant à eux sur les cimaises du musée.

Réseaux sociaux MOND