Entête de page

Agrégateur de contenus

Le mot et l’image – Vies protestantes

Le Musée Alsacien participe à la commémoration de la Réforme protestante en présentant un aspect qui n’est guère traité : l’image populaire. Dans cette exposition de plus d’une centaine d’objets, le visiteur pourra découvrir les images qui décoraient du 18e au 20e siècle les murs de la Stùb (pièce commune) des protestants alsaciens, à la campagne comme à la ville.

La position des réformateurs suisses Calvin et Zwingli était d’interdire les images. Martin Luther, en revanche, tolérait l’image, vue comme un moyen d’édification et d’instruction biblique. Le protestantisme alsacien, majoritairement luthérien, laisse donc une large place aux images, même si, comme le montre l’exposition, la place du texte reste primordiale. La parole de Dieu, sous forme de versets bibliques majoritairement écrits en allemand, est magnifiée par la calligraphie ou par le décor.

Avec l’apparition, dès 1593, de la tradition des lettres de baptême (Göttelbriefe), l’image religieuse va devenir le support de la commémoration des événements familiaux liés aux rites de passage. Des imagiers-peintres créent des souvenirs pour tous les moments importants de la vie : baptême, confirmation, mariage et décès. Le développement des techniques d’impression au 19e siècle permet une plus large diffusion de ces images, qui vont néanmoins disparaître progressivement au cours du 20e siècle pour être remplacées par d’autres coutumes.

L’exposition bénéficie de la participation de Dominique Lerch, historien spécialiste de l’image populaire, dont un texte inédit accompagne l’exposition.