Entête de page

Glossaire

Glossaire Union sociale

Anoxie : désinsectisation par privation d’oxygène, l’anoxie peut prendre deux formes :

Statique : l’œuvre est placée dans une poche étanche dont l’oxygène est extrait par des absorbeurs d’oxygène. Cette option est plutôt utilisée pour traiter les petites pièces.

- Dynamique, l’œuvre est placée dans une très grande poche dans laquelle on supprime l’oxygène qui est remplacé par de l’azote. Cette solution est utilisée pour les grands volumes.

 

Chantier des collections : il s’agit d’une chaîne de traitement des collections (faisant intervenir de nombreux acteurs et) comportant différentes phases : récolement, photographie, conditionnement, transfert. Si un ou des objets le nécessite il peut alors être nécessaire de recourir à une anoxie, à un dépoussiérage ou à des mesures d’urgence (restauration ou mise en quarantaine). Un chantier des collections est souvent entrepris lors des transferts de collections ou des travaux (amélioration des réserves, récolements…). Les chantiers de collections permettent une meilleure documentation des œuvres ainsi qu’une amélioration des conditions de conservations en même temps qu’ils facilitent leur accès.

Cimaise : on appelle cimaise le mur ou le panneau auquel est accroché un cadre ou un tableau dans une un musée.

Commissaire d’exposition : parfois appelé curateur, le ou la commissaire d’exposition est la personne qui conçoit et organise la réalisation d’une exposition.

Conditionnement : désigne l’emballage de l’œuvre selon les normes de conservation préventive en fonction de l’enjeu visé. Selon que l’œuvre est conditionnée pour un stockage pérenne ou provisoire en réserve ou un transport dans le musée ou en dehors, les méthodes utilisées varient. Il permet de manière générale d’éviter à l’œuvre tout choc mécanique ou climatique afin d’en préserver sa conservation matérielle. Il peut aussi être une barrière à l’entrée de poussière ou d’insectes, ou faciliter l’accès aux œuvres lors d’un stockage permanent dans une réserve.

Conservation : la conservation couvre l’ensemble des techniques et méthodes visant à conserver les œuvres d’art et les informations qui y sont liées (idée de conservation matérielle et de conservation de l’histoire de l’œuvre, sa documentation, son parcours, sa mémoire, ce qui évoque le paradoxe passionnant exposer pour conserver). Elle peut être :

  • Curative, en traitant directement les œuvres, elle est liée à la restauration.
  • Préventive c’est-à-dire prenant en compte l’environnement des collections. Elle a pour but d’éditer un certain nombre de recommandations (je ne comprends pas bien cette phrase, peut-être trop compliquée, plutôt : elle permet de mettre en œuvre un certain nombre de recommandations) en vue de conserver, stocker et diffuser le patrimoine culturel dont le musée a la charge. (C’est l’adage « prévenir pour guérir »)

Constat d’état : il s’agit de mettre à l’écrit une observation minutieuse de l’œuvre. De manière purement descriptive on y note les éventuelles altérations. Dans le cadre de la conservation préventive, le constat d’état est idéalement accompagné d’un bilan sanitaire de l’œuvre.

Dépôt : Le dépôt désigne la mise à disposition d’une œuvre au profit d’un musée, pour une durée déterminée. Des conditions particulières peuvent déterminer la mise en dépôt comme l’obligation d’exposer l’œuvre ou l’interdiction du prêt à d’autres institutions.

Don : Le don désigne la cession à titre gratuit d’une œuvre ou d’un ensemble qui viennent enrichir les collections du musée.

Facility Report : il s’agit d’un document remis par le musée emprunteur permettant de recenser, notamment, les moyens de sécurité et de sureté mis en place sur le lieu où se tiendra l’exposition faisant l’objet d’une demande de prêt.

Infestation : processus selon lequel des insectes ou des animaux nuisibles envahissent une collection ou un objet.

Inaliénabilité : L’inaliénabilité signifie qu’un bien ne peut être cédé ou vendu. Les collections des musées de France sont imprescriptibles et inaliénables. Elles ne peuvent donc être ni vendues, ni données, ni échangées. En revanche, elles peuvent, sous certaines conditions, être prêtées ou déposées.

Inventaire : véritable mémoire du musée, c’est un registre qui recense toutes les œuvres acquises par le musée.

Legs : il permet par disposition testamentaire, de remettre des œuvres à un musée. L'œuvre entre effectivement dans les collections à la mort du testateur.

Lux : L’éclairement se définit comme l’action d’un flux lumineux sur une surface. Son unité de mesure est le lux et se mesure à l'aide d'un luxmètre. La mesure de l'éclairement est une action indispensable pour le suivi de la conservation des œuvres.

Mannequinage : le mannequinage permet de présenter des vêtements de collection ou costumes sur un mannequin, afin de permettre sa lisibilité et sa compréhension historique tout en respectant les règles de conservation préventive. Il s’agit d’un travail minutieux réalisé par un restaurateur textile qui va adapter le mannequin et ses formes au vêtement pour éviter des tensions.

Musées : lieu où est conservée une collection qui a un intérêt artistique, historique ou scientifique. Le musée a pour mission de protéger et conserver cette collection, de l’étudier et de la montrer au public.

Numéro d’inventaire : numéro qui est attribué à chaque œuvre lors de son entrée dans le musée.

Récolement : Le récolement vise à vérifier la présence, la localisation, l'état sanitaire et les conditions de conservation des objets d'une collection sur la base de l'inventaire.

Tamponnage : il s’agit de la manière d’emballer temporairement une œuvre pour un transport en superposant trois couches d’emballage et matériel d’amortissement jouant un rôle d’amortissement contre les chocs et vibrations liées au transport. Cela sert également à protéger l’œuvre des variations climatiques par son étanchéité et d’empêcher l’entrée des insectes et de la poussière. Un tamponnage peut parfois être réalisé temporairement en réserve.