Détail Entité

Insectes

Musée Zoologique

Les collections entomologiques (ou collections d’insectes) sont les plus abondantes du musée : plus de 800 000 spécimens sont comptés dans les collections scientifiques. Très bien préservées, elles comportent des spécimens de plus 200 ans !

Pourtant, les insectes que le visiteur va admirer dans le musée ne proviennent que rarement des collections scientifiques, même si celles-ci sont de belle qualité. Les spécimens qu’on lui présente doivent être parfaits. C’est pourquoi on utilise de préférence des exemplaires récemment étalés, dont les couleurs sont aussi proches que possible du vivant. L’essentiel des collections se trouve ainsi dans les réserves et est destiné à un usage scientifique.

Une collection générale ancienne et pléthorique

La collection d’insectes a commencé à se constituer dès le début du XIXe siècle mais c’est pendant la période allemande qu’elle a réellement trouvé son importance. En effet, les conservateurs de l’époque se sont attachés à combler les groupes et les origines géographiques manquants, afin de couvrir l’ensemble du domaine tel qu’il était connu au XIXe siècle. Leur tâche était réalisée en bonne partie par des achats à des comptoirs d’Histoire naturelle. Du fait même de la façon dont elle a été constituée, cette collection entomologique, au rôle essentiellement pédagogique, est très vaste. Elle est arrêtée dans les années 1940 et regorge de spécimens spectaculaires et emblématiques, mais comporte peu d’informations précises au sujet des collectes.

Des collections nominales de référence

Durant les 60 dernières années, une quinzaine de collections nominales ont été données ou léguées au musée. Elles portent le nom des collecteurs, spécialistes d’un groupe zoologique (ici par exemple les papillons, les punaises, les criquets…) qui les ont constituées tout au long de leur vie. Les spécimens sont déterminés, rangés par espèces et parfaitement documentés quant aux lieux et dates de collecte.

De telles entrées se produisent encore régulièrement et ces savantes collections, le plus souvent de faune régionale, sont préservées dans leur intégrité. Elles fournissent une manne d’informations pour les études scientifiques, dans des domaines aussi divers que l’écologie, la taxonomie (nommer et classer les êtres vivants), la biodiversité ou même l’évolution. À titre d’exemple la collection de papillons et autres insectes de Louis Grauvogel, un industriel Alsacien qui consacra tous ses loisirs à la paléontologie et aux insectes. Les collections des Alsaciens Louis Schuler, Claude Sorel, Henry Kummerer et Edouard Klinzig comportent pratiquement toutes les espèces de coléoptères ou de papillons répertoriées en Alsace et dans les Vosges. Quant à Marcel Klein, il a constitué une riche collection de coléoptères et d’hyménoptères (abeilles, fourmis, etc.) que son fils céda au musée après sa mort. La manière systématique dont ces collections sont documentées nous donne une belle image de la biodiversité qui existait dans un site précis à l’époque de la collecte.

Des spécimens remarquables

Au sein des collections d’insectes on trouve un certain nombre de types, mais ce ne sont pas eux qui font leur principale valeur scientifique. Celle-ci est due surtout à la richesse en spécimens régionaux sur une longue période de collecte. Les collections régionales comportent par exemple d’innombrables exemplaires de l’apollon, papillon emblématique aujourd’hui disparu des rares prairies alsaciennes et vosgiennes où il existait autrefois.

Œuvres de la collection

Musée Zoologique
Musée Zoologique
Musée Zoologique
Musée Zoologique
Musée Zoologique
Musée Zoologique
Musée Zoologique