Détail Entité

Mobilier

Musée de l'Œuvre Notre-Dame

Des armoires alsaciennes aux plateaux de table à décor symbolique, les pièces de mobilier font partie intégrante de l’évocation du passé au Musée de l’Œuvre Notre-Dame.

Lors de la création du musée, de nombreuses pièces d’intérieurs anciens voués à la démolition rejoignent les collections. Pour Hans Haug, son fondateur, leur intégration au parcours muséographique permet de créer une atmosphère d’intimité avec le passé, qui met en valeur les objets et les œuvres médiévales ou Renaissance.

Les devants de coffre richement sculptés répondent ainsi aux lambris gothiques pour illustrer les traditions médiévales, lesquelles se conservent jusqu’au XVIe siècle. Les collections du musée évoquent également le passage du coffre à l’armoire (Schrank) et les progrès de la marqueterie au tournant de la Renaissance. L’architecture impose alors ses lois au meuble qui se transforme en un véritable édifice de bois, décoré de guirlandes, de mascarons ou d’angelots venus d’Italie.

L’ornementation peut même être encore plus élaborée, comme sur les tables d’apparat utilisées lors des réceptions ou pour des jeux. Le plateau de table présenté au musée est l’un des chefs-d’œuvre du genre : son décor délicat développe une véritable réflexion moralisante sur la vanité de la vie terrestre, le plaçant à l’égal de la peinture de chevalet de la même époque.

Œuvres de la collection

Musée de l'Œuvre Notre-Dame
Musée de l'Œuvre Notre-Dame
Musée de l'Œuvre Notre-Dame