Détail Entité

Tranches de la vie quotidienne : les scènes de genre

Musée des Beaux-Arts

La scène de genre ne se définit-elle pas le mieux parce qu’elle n’est pas ?

Ni portrait, ni paysage, ni nature morte. Avec la peinture d’histoire la frontière est plus ténue. Une narration est décrite dans ces deux genres. Il est parfois malaisé de distinguer une peinture d’histoire traitée comme une scène de genre (telle la parabole du mauvais riche par Metsu) et une scène de genre avec l’ambition de la peinture d’histoire (La Baignade de Sweerts). Le format peut être un critère tant les peintres, nordiques surtout, se sont spécialisés dans les petites œuvres décrivant certaines activités humaines.

Le public aisé recherchait les œuvres se moquant plus ou moins gentiment des mœurs paysannes. Il y a souvent un sous-entendu moralisateur dans ces œuvres. Sinon on montre rarement le strictement banal, ce qui demeure un peu inattendu.

Les fiancés peints par Lucas de Leyde peuvent se lire de plusieurs manières : pour nous image touchante de deux amoureux, pour l’époque critique de l’ascendant, dans un couple mal assorti, de la jeune femme sur l’homme âgé.

Œuvres de la collection

Musée des Beaux-Arts
Musée des Beaux-Arts
Musée des Beaux-Arts