Entête de page

Aperçu des collections MAMCS

Il revient à Wilhem Bode, le directeur général dépêché par Berlin pour reconstituer les collections strasbourgeoises mises à mal par la guerre de 1870, de dresser l’évolution de la peinture jusqu’à l’époque contemporaine. Cette ambition encyclopédique a été poursuivie, une fois l’Alsace redevenue française, par Hans Haug entre 1919 et 1963 puis par ses successeurs. Depuis 1998, des dépôts, consentis par d’importants collectionneurs ou d’institutions publiques (Musée d’Orsay, Musée National d’Art Moderne, Fonds National d’Art Contemporain) complètent régulièrement les collections. Par ailleurs, le concours financier de l'État, de la Ville de Strasbourg et du FRAM (Fonds régional d'acquisition des musées) ainsi que des institutions privées, permet l'enrichissement régulier du fonds du musée.

L’art moderne

Le MAMCS explore l’impressionnisme, le néo-impressionnisme, le symbolisme, la peinture académique, le cubisme, l’expressionnisme, Dada, le surréalisme, les abstractions et la figuration de l’entre-deux-guerres. Des œuvres de Rodin, Monet, Renoir, Gauguin, Signac, Braque, Picasso, Kandinsky, Van Doesburg, Ernst, Brauner, Herbin, Domela, Magnelli et bien d’autres sont ainsi visibles dans le parcours, au rez-de-chaussée.

C’est cependant autour des deux grandes figures natives de Strasbourg, Gustave Doré et Jean Arp, que la collection d’art moderne s’est structurée et que les acquisitions d’œuvres d’artistes tant allemands et alsaciens que français ont enrichi le fonds.

L’art contemporain

La collection contemporaine comprend plusieurs axes forts constitutifs de la personnalité du MAMCS, marquée par une influence européenne. L’art des années 1960-70 est bien représenté : Nouveaux Réalistes, Fluxus, Arte Povera, Supports Surfaces ainsi qu’un ensemble d’œuvres des grands "déconstructeurs" de la peinture ou metteurs en scène des "mythologies individuelles". Une place importante est faite aux artistes allemands dits néo-expressionnistes et plus modestement aux artistes russes. La peinture, et notamment d’artistes français et l’art vidéo orientent également la politique du musée en matière d’art contemporain.

Plusieurs œuvres sont visibles à l’extérieur du musée : celles de Mario Merz, Séverine Hubard, Mimmo Paladino et Thomas Schütte.

Le Cabinet d’Arts graphiques et la Collection photographique

Deux collections composent également le fonds du Musée d’Art moderne et contemporain : le Cabinet d’Arts graphiques et la Collection photographique.

Riche de plusieurs milliers d’œuvres, la première est identifiée à trois grands ensembles : le fonds Gustave Doré acquis pour l’essentiel en 1992, une collection importante d’affiches de la Belle époque entrées dans les années 1920-1930 et un ensemble significatif d’artistes allemands allant du symbolisme à l’expressionnisme, dont la constitution est liée à l’histoire même de Strasbourg.

La Collection photographique, quant à elle, repose sur une importante donation de tirages de Charles Winter faite dans les années vingt, que vient compléter un fonds significatif de photographies de l’entre-deux-guerres marqué principalement par le fonds Jacqueline Rau légué en 1992. À cela s’ajoute une collection, constituée depuis les années quatre-vingt, de photographes contemporains (Witkin, Mapplethorpe, Molinier) et de plus jeunes artistes.