Détail Entité

Le Jardin de l’orphelinat de la ville d’Amsterdam

Max Liebermann (Berlin, 1847-1935)
1894

Huile sur toile
117 x 152,5 cm

Provenance : Achat en 1894
MAMCS

Influencé par l’École de Barbizon, puis ardent défenseur des impressionnistes en Allemagne, Liebermann s’attache à des thèmes propices à l’étude de la lumière et à la traduction du mouvement.

Il se rend une première fois en Hollande en 1876, pour y étudier Frans Hals. Séduit par l’organisation sociale de ce pays, qui lui paraît un modèle pour l’Allemagne, il multiplie les représentations de maisons de retraite, d’ateliers collectifs et surtout d’orphelinats.

Vêtues des robes aux couleurs rouge et noir de la ville d’Amsterdam, les jeunes filles, réparties par petits groupes sous les arbres, semblent en harmonie avec la nature qui les entoure. Dans l’allée ombragée, la lumière perçant les feuillages fait vibrer les blancs des tabliers et des coiffes, et distribue au sol des taches de clarté. Absorbées dans leur ouvrage ou se promenant, les orphelines traduisent la conquête de la dignité et de la liberté à travers un travail librement consenti, dans un univers où nature et tradition se trouvent étroitement liées.