Musées de Strasbourg
Illustration de la page : Les salles
Musées >> Aubette 1928 >> Les salles

salles Aubette 1928


Ciné-dancing

Tenant compte de la répartition orthogonale des éléments architectoniques et de la présence du mur écran rectangulaire, Van Doesburg compose pour les décors des murs et du plafond de cette salle, une grille oblique de carrés, rectangles et triangles de couleurs noire, blanche, jaune, vert, bleu et rouge. De nombreuses esquisses permettent de distinguer les différents états de recherche pour le décor de cette salle de 250 m. Van Doesburg met en espace les théories esthétiques de l'élémentarisme, mouvement qu'il fonde en 1924, et qui affirme l'utilisation de l'oblique par opposition au néoplasticisme de Mondrian, établi sur la seule utilisation des verticales et des horizontales. La salle bénéficie d'un éclairage naturel unilatéral au sud grâce aux cinq fenêtres donnant sur la place Kléber, renforcé par des éléments d'éclairage au plafond.

Salle des fêtes

Pour ce décor, Van Doesburg adopte une composition exclusivement orthogonale animée de lignes verticales et horizontales créant carrés et rectangles. La gamme chromatique est faite de couleurs élémentaires (jaune, bleu, rouge, noir et blanc) chères à l'esthétique néoplasticiste. Deux nuances d'une même couleur sont juxtaposées côte à côte dans le but de créer une « dissonance ». Certains modules accueillent des plaques d'émail contenant chacune seize ampoules qui créent ainsi un éclairage artificiel. Le projet originel comprenait un sol en linoléum coloré. Celui-ci fut finalement traité en parquet de bois par commodité d'usage.

Foyer-bar

L'espace trapézoïdal du Foyer-bar a été pensé par Van Doesburg comme un trait d'union reliant la Salle des fêtes et le Ciné-dancing. Il s'agissait d'un lieu ouvert dans lequel le visiteur pouvait se désaltérer (un bar semi-circulaire se trouvait contre le mur nord) tout en suivant le film projeté dans le ciné-dancing. La destination de cet espace correspond au souhait de Van Doesburg de favoriser la circulation entre les différents espaces afin que le visiteur puisse profiter des multiples loisirs proposés. Le décor du Foyer-bar a été réalisé par Sophie Taeuber-Arp. La composition décline différents aplats rectangulaires de nuances de gris et de rouge. Van Doesburg dessina une esquisse pour le sol mais celui-ci, qui reprend les décors des murs et du plafond, a certainement été réalisé sur place.

Escalier et vitrail

Dessiné par Van Doesburg, l'escalier de l'entresol permettant de rejoindre le premier étage, se trouve à l'emplacement prévu par Paul Horn dans ses avant-projets. La cage rectangulaire à trois volées est éclairée par une vaste baie. Le décor peint est attribué à Sophie Taeuber-Arp et Arp. Les longues bandes verticales grises et bleues s'opposent aux lignes brisées de l'escalier et accentuent le mouvement ascendant. Le vitrail, dont le Musée d'Art moderne et contemporain de Strasbourg conserve la maquette, est attribué à Arp. Il se compose de trente carreaux rectangulaires de verre pressé, déclinés dans des tons de gris, bleu et beige.

 

Plan Aubette 1928