Musées de Strasbourg
Illustration de la page : L'âge du fer
Musées >> Musée Archéologique >> Oeuvres choisies >> L'âge du fer

Jambière en bronze à spirales

Jambière en bronze à spiralesSELTZ, Hesselbusch
(Fouilles Dach, 1966)
Inv. : 67.61
Dim. : H. : 85 mm, D. : 77 mm, l. : 27 mm
Bronze
Bronze Moyen

Ce type d'anneau à corps large et plat et à grandes spirales enroulées a été découvert en de nombreux exemplaires dans les tertres funéraires de la forêt de Haguenau et de Seltz. Une ligne pointillée souligne les bords et la nervure centrale.
Groupés le plus souvent par paires, ils semblent avoir été porté un peu au-dessus des chevilles, d'où leur nom de "jambières". Seuls deux cas de port au bras ont été notés. A Seltz, cette jambière se trouvait associée à deux bracelets à six spires et à des tessons provenant de trois vases différents.

Pyxide en céramique

Pyxide en céramiqueSCHWEIGHOUSE, Sablière Quirin (septembre 1936)
Inv. : 41078
Dim. : H. : 113 mm, l. : 111 mm
Céramique décorée
Bronze Moyen

Ce vase, unique à ce jour en Alsace, constitue une sorte de boite (également appelée "pyxide") de forme ovale à petit pied annelé. Un couvercle à tenon perforé s'emboîte dans une feuillure ménagée à cet effet sur le bord supérieur du récipient. Le couvercle et la panse sont entièrement couverts de groupes d'incisions triangulaires excisant profondément la surface soigneusement polie du vase. Deux anses perforées prolongent la lèvre sur deux bords opposés.
Le caractère exceptionnel de cet objet et son riche décor plaident pour un récipient destiné à recevoir une matière particulièrement précieuse (onguent, parfum?) dont aucune trace n'a toutefois pu être retrouvée.
Biblio. : R. FORRER, « Quatre nouveaux cimetières de l'Age du Bronze et du Fer, Schweighouse, Lingolsheim, Fegersheim et Holtzheim », dans Anzeiger für elsässische Altertumskunde, n° 105-110, mars 1937, pp. 104-139 (fig. 22).

Reconstitution d'un char funéraire

Reconstitution d'un char funéraireOHNENHEIM.
Reconstitution réalisée par le Musée de Mayence
(Fouilles R. Forrer, 1921)
Hallstatt ancien

Une des pièces maîtresses de la section de Protohistoire du Musée Archéologique est le char funéraire d'Ohnenheim, appartenant au Hallstatt ancien. C'est en 1917 que des soldats allemands, creusant des tranchées à proximité du village, ont mis au jour cette sépulture.
R. Forrer, conservateur du Musée Archéologique, ne put en organiser la fouille systématique qu'après la fin de la guerre, en 1920.
D'un diamètre de 34 m et d'une hauteur d'environ 2,65m, le tertre était constitué d'une masse de terre noire et tourbeuse et entouré d'un fossé circulaire rempli de gravier. C'est dans le secteur Sud-Ouest qu'a été localisée la sépulture. Le corps, celui d'un individu de grande taille, assez âgé, était couché à côté de la caisse du char, mais sans le riche
mobilier accompagnant habituellement ce type d'inhumation. Les pièces métalliques du char (plaques décoratives ajourées de la caisse, bandages des roues, moyeux...) ont été déposées au musée dès 1917; s'inspirant du char danois de Dejbjerg découvert en 1881/83, Robert Forrer conçut le projet de reconstituer le véhicule en grandeur nature. L'occasion de réaliser le projet se présenta en 1923, grâce à la Corporation des Pompes Funèbres qui, souhaitant illustrer son stand à la Foire Pasteur de façon originale, finança le projet, eut un succès mérité puis fit don de la pièce au musée.
De nouvelles recherches menées sur les chars à deux ou quatre roues découverts en Europe ont contribué à corriger certaines hypothèses anciennes; ainsi le train-avant du char devait être mobile et le siège, imaginé par R. Forrer, disparaît dans la nouvelle version élaborée par le Musée Romain-Germanique de Mayence en 1987.

Biblio. :

  • R. FORRER, « Un char de culte à quatre roues et trône découvert dans un tumulus gaulois à Ohnenheim (Alsace) », dans Anzeiger für elsässische Altertumskunde, mai 1921, n° 45-48, pp. 1195-1242.
  • R. JOUFFROY, « Les sépultures à char du Premier Age du Fer en France », dans Revue Archéologique de l'Est, juillet-décembre 1957, fasc. 3-4, pp. 230-237.
  • M. EGG, « Das Wagengrab von Ohnenheim im Elsass », dans Vierrädige Wagen der Hallstattzeit, Römisch-Germanisches Zentralmuseum, t. 12, Mayence, 1987, pp. 77-102.
  • B. SCHNITZLER, Le tumulus princier d'Ohnenheim, dans Trésors des princes celtes, Catalogue d'exposition, Ed. Réunion des Musées Nationaux, Paris, 1987, pp. 198-202.

Plat à décor gravé polychrome

Plat à décor gravé polychromeMARLENHEIM, fosse 2 (1902)
Travaux du Tramway
Inv. : 8853
Dim. : H. : 160 mm, D. : 390 mm
Céramique peinte
Hallstatt Final

Déformé par une chaleur trop vive au moment de la cuisson, ce plat polychrome a été jeté au rebut dans une fosse d'environ 1,40 m de longueur, qui renfermait une importante concentration de tessons mélangés à des fragments d'argile et de sole perforée. Le four de potier devait donc se trouver à proximité immédiate. De forme demi-sphérique largement évasée, à petite lèvre sortante, ce vase témoigne de la maîtrise des potiers hallstattiens dans la composition du décor de la céramique : richesse du décor gravé, qualité des jeux de couleurs rouge, noir et blanc et organisation hiérarchisée des motifs décoratifs, en un décor rayonnant en un triple bandeau concentrique.
Biblio. :

  • R. HENNING, Denkmäler der elsässischen Altertumssammlung, pp. 9-10 et pl. IX,
    n° 19.
  • R.FORRER., « Ein Hallstatt-Töpferofen bei Marlenheim-Fessenheim », dans Anzeiger für elsässische Altertumskunde, n° 23-24, avril 1915, pp. 504-510, fig. 101.

Oenochoé en bronze provenant d'Etrurie

Oenochoé en bronze provenant d'EtrurieMobilier de la tombe princière
HATTEN, Eschenbusch
(Dépôt Musée d'Unterlinden Colmar)
Inv. : D.11.980.1. 1à 10
H. : 227 mm
Bronze
Hallstatt Final

C'est la fouille, menée en juin 1851 par H. Zäpffel, d'un tertre de 4 m de hauteur au lieu-dit Eschenbusch qui a permis de mettre au jour, au centre du tertre, cet ensemble de type princier:

  • oenochoé à bec trilobé, à anse décorée d'une tête de félin et d'une palmette (cruche de
    type "Plumpenkanne"), H. : 227 mm
  • fragment d'une seconde oenochoé à anse à palmette fine (de type "Schnabekanne")
  • chaudron en bronze mal conservé, à anses en fer ovalaires, D. sup. : 500 mm
  • bassin plat à anses horizontales (H. : 50 mm, D. : 470 mm), qui a donné son nom au type de "Hatten"
  • fragment de bord d'une coupelle de bronze
  • éléments de quatre cerclages de roues en fer attestant de l'existence d'un char au décor duquel pourraient appartenir aussi quatre boutons moulurés en bronze
  • un fin bandeau en or, large de 17 mm et d'un diamètre de 205 mm
  • un fragment de lance en fer
  • une défense de sanglier

L'origine étrusque de la vaisselle a été confirmée par les divers auteurs qui ont étudié la
sépulture, avec une datation de l'ensemble de la tombe vers 500 av. J.C. Par la composition de son riche mobilier où se côtoient char, parure en or et vaisselle en bronze, la tombe de Hatten est la plus caractéristique des sépultures de type princier identifiées en Alsace.
Biblio. : -O. FREY, « Die Zeitherstellung des Fürstengrabes von Hatten im Elsass », dans Germania, 1957, t. 35, pp. 229-249.
-B. NORMAND, L'Age du Fer en Basse-Alsace, 1973, p. 79.
-M. SCHNEIDER, Le Premier Age du Fer, Strasbourg, 1981, pp. 39-42 ; et Les Etrusques et l'Europe, Catalogue d'exposition, Ed. Réunion des Musées Nationaux, Paris, 1992, notice 322, p. 263.
-S. PLOUIN et M.-P. KOENIG, « Quelques éléments sur le problème des importations italiques en Alsace aux VIe et Ve siècles avant J.C. », dans Cahiers Alsaciens d'Archéologie, d'Art et d'Histoire, 1991, pp. 37-44.

Oenochoé en bronze

Oenochoé en bronzeSESSENHEIM, Goethehübel
(Fouilles Martin, don 1905)
Inv. : 1224
Dim. : H. : 320 mm, D. sup.: 120 mm
D. base : 115 mm
Bronze
La Tène Ancienne

Cette très belle oenochoé à bec tréflé est pourvue d'une anse latérale dont la base est ornée d'un motif de palmette directement hérité du répertoire iconographique grec. De la fouille menée en 1880 dans le tertre dit GoetheHübel de Sessenheim, ne subsiste que cette unique pièce. Ce type de vase en bronze est une importation, venue sans doute des ateliers italiens implantés en Etrurie.
Biblio. : -Bulletin de la Société pour la Conservation des Monuments Historiques d'Alsace, 2e série, XII, 1881-84, pp. 19-29.
-A.M. BURG, «A propos des deux oenochoés du Musée de Haguenau», dans Cahiers d'Archéologie et d'Histoire d'Alsace, 1952, n° 132, p. 62 fig. 5.

Epée et son fourreau

Epée et son fourreauILLKIRCH-GRAFFENSTADEN,
Schaffhardt (1924)
Inv. : 6962
Dim. : L. totale : 800 mm, l. lame : 43 mm
Fer et bronze
La Tène Moyenne

Une restauration soignée menée par le Laboratoire d'Archéologie des Métaux de Nancy-Jarville a permis de séparer l'épée de son fourreau en bronze. L'épée, à lame à extrémité pointue, porte une légère arête médiane ; la forme de la garde n'est plus observable, en raison d'une corrosion ancienne importante.
Le fourreau est constitué de deux éléments effilés en tôle de bronze, reliés entre eux par des barrettes transversales. La bouterolle, d'un modèle très simple, vient enserrer la base du fourreau. Par sa forme, l'épée se rattache au type le plus fréquent de la Tène Moyenne.
Biblio. : -Article de presse dans Strassburger Post, du 18 novembre 1905.
-R. HENNING, Denkmäler der eslsässischen Altertumssammlung zu Strassburg im Elsass, p. 12 et pl. IX n° 1. –12.
-Aux origines de Strasbourg, catalogue d'exposition, Musées de Strasbourg, 1988, notice 54