Musées de Strasbourg
Illustration de la page : Histoire
Musées >> Cabinet des Estampes et des Dessins >> Histoire

L’histoire du Cabinet des Estampes et des Dessins a été, depuis son origine en 1890 et jusqu’à son déménagement au 5 place du château en 1984, étroitement liée à celle du Musée des Beaux-Arts et du Musée des Arts Décoratifs.

Le nouveau dispositif des Musées de Strasbourg mis en place après 1890, consistait en effet dans un premier temps en l’installation du Musée des Beaux-Arts au premier étage du corps de logis du palais Rohan et du Musée archéologique en son sous-sol. En 1898, l’aménagement intérieur de l’ancienne aile des communs du palais fut entièrement transformé selon une muséographie propre à recevoir un cabinet des estampes.

En 1918, au moment de la suppression du musée Hohenlohe, la collection de dessins d’ornement et le fonds documentaire qui en provenaient, furent versés au Cabinet des Estampes et des Dessins. C’est à cette date que le Musée des Arts Décoratifs prit également place au palais Rohan.
1939 marqua la fusion du Cabinet des Estampes et de la Bibliothèque des Musées, et 1978, la séparation de leur gestion.

En 1984, le Cabinet des Estampes fut transféré au troisième étage de l’immeuble situé au 5 place du château.

En 1992, suite à l’une des donations de l’artiste, la gestion du Centre Tomi Ungerer, situé 4 rue de la Haute-Montée, fut rattachée pour quelque temps au Cabinet des Estampes.
En 1995, les œuvres modernes et contemporaines de la collection furent séparées du fonds pour constituer le Cabinet d’Arts graphiques du musée d’Art moderne et contemporain. Considérés dans leur globalité et toutes périodes confondues, seuls les fonds d’alsatiques et de portraits n’ont pas été scindés et figurent parmi les collections anciennes.

L’édifice qui depuis 1984 abrite les collections du Cabinet des Estampes, était le siège de l’ancienne Ecole de Santé militaire, comptant parmi les rares immeubles érigés à Strasbourg sous le Second Empire. Construit en 1861 par Gustav Klotz, ce bâtiment en grès rouge venait remplacer un ensemble de maisons du XVIe au XVIIIe siècle. La même année, l’Etat louait pour vingt ans cet immeuble et y installait l’Ecole qui deviendra trois ans plus tard l’Ecole impériale de santé militaire, jusqu’à son transfert à Lyon, après 1870.