Musées de Strasbourg
Illustration de la page : Histoire
Musées >> Musée Archéologique >> Histoire

Un rapide historique du musée

L’acte de naissance du musée remonte à la fin du XVIIIe siècle, avec le legs de l’historien Jean-Daniel Schoepflin, le célèbre auteur de l’Alsatia Illustrata, à la Ville de Strasbourg. Ses importantes collections d’antiquités se composaient de sculptures et d’inscriptions, de figurines en bronze et de nombreuses céramiques de provenance régionale, mais aussi grecque, étrusque, romaine ou égyptienne. L’action de la Société pour la Conservation des Monuments Historiques d’Alsace fut le second fait déterminant. Créée en 1855, cette Société collecta objets et documents archéologiques dès sa naissance et joua longtemps le rôle d’un véritable service archéologique régional. Malgré la disparition d’une importante partie des collections lors du siège de Strasbourg en 1870, dans l’incendie de la Bibliothèque, la recherche trouva un nouveau souffle à l’initiative conjointe de chercheurs alsaciens et allemands et le musée fut installé au Palais Rohan en 1889. De 1907 à 1939, sous la direction de Robert Forrer le musée connut une activité de recherche et de publication d’un incroyable dynamisme. A la veille de la Seconde Guerre Mondiale, un parcours s'étendant sur une vingtaine de salles était proposé au public dans les sous-sols du Palais Rohan.

L’année 1946 marqua une date importante dans la vie du musée, en raison de la cession par la Société pour la Conservation des Monuments Historiques d’Alsace de l’ensemble de ses collections à la Ville de Strasbourg et du classement du musée, dont l’importance fut ainsi reconnue à l’échelle nationale. Sa réorganisation fut entreprise par le Professeur Jean-Jacques Hatt qui, de 1946 à 1981, parallèlement à ses activités d’enseignement et d’archéologie de terrain, donna au musée archéologique une dimension nationale (voire internationale dans certains domaines) grâce à ses recherches en protohistoire et en archéologie gallo-romaine.

Un réaménagement muséographique de l’ensemble des collections fut réalisé de 1988 à 1992, afin d’intégrer les données les plus récentes de la recherche archéologique régionale et de les valoriser davantage encore dans le cadre d’une muséographie nouvelle, à la fois attractive et pédagogique, permettant au musée archéologique de jouer à nouveau son rôle de vitrine de l’archéologie nationale au cœur du monde rhénan.

Le Palais Rohan

Le palais Rohan de Strasbourg, construit entre 1732 et 1742 d’après les plans de Robert de Cotte, Premier architecte du Roi, pour le cardinal Armand-Gaston de Rohan-Soubise, prince-évêque de Strasbourg fut conçu sur le modèle des grands hôtels parisiens. Ce palais épiscopal est l’une des plus belles réalisations architecturales du XVIIIe siècle français tant par l’élévation noble et classique de ses façades que par ses somptueux décors intérieurs. Construite, décorée et meublée en l’espace de dix années, la demeure se distingue par son exceptionnelle unité.

Au lendemain de la Révolution, le palais devint résidence impériale et royale pour entrer, après 1870, dans une ère nouvelle, celle des musées.

Il abrite depuis le musée archéologique (sous-sol), le musée des Arts décoratifs (rez-de-chaussée) et le musée des Beaux-Arts (premier étage).