Musées de Strasbourg
Illustration de la page : Collections
Musées >> Musée de l'Œuvre Notre-Dame >> Collections

De la célèbre Tête romane « de Wissembourg », l’un des plus anciens vitraux connus, aux corbeilles de verres cristallines peintes par le maître de la nature morte Sébastien Stoskopff au milieu du XVIIe siècle, les collections de peinture, sculpture, vitraux, orfèvrerie ou mobilier du Musée de l’Œuvre Notre-Dame manifestent la vitalité de l’art strasbourgeois au cours du Moyen Age et de la Renaissance.

La statuaire de la cathédrale

La statuaire du XIIIe siècle provenant de la cathédrale de Strasbourg constitue l'un des ensembles les plus prestigieux du musée. Les sculptures furent pour la plupart déposées au moment de la Révolution, où un édit imposa la destruction et l'enlèvement de la cathédrale de toute marque extérieure du culte. Elles furent parfois réimplantées sur l'édifice, puis à nouveau déposées au tout début du XXe siècle pour les garantir contre les intempéries et la pollution. Elles sont depuis pour la plupart remplacées sur le monument par des copies.

La présentation de ces chefs d'œuvres de sculpture gothique occupe la plus vaste salle du musée, installée sur trois niveaux de l'Hôtel du Cerf dont furent supprimés tous les plafonds et toutes les cloisons intérieures. Les sculptures, provenant pour la plupart des portails et du jubé, se rattachent aux ateliers successifs auxquels l'on doit la construction du transept et du portail sud, puis du jubé, enfin de la nef et des portails occidentaux de la cathédrale.

Retrouvez l’ensemble de la statuaire déposée de la cathédrale et conservée au musée sur le site de la base Joconde conçu par la Direction des Musées de France.

Un panorama des arts du XVe siècle

Le second étage du musée, suite de petites salles de caractère intime aux boiseries gothiques rapportées, est entièrement consacré aux arts du XVe siècle. Les collections de très grande qualité témoignent de l'extraordinaire essor artistique qui se manifeste à Strasbourg et dans toute la plaine du Rhin Supérieur à la fin du Moyen Age. La peinture de retables, la sculpture sur bois et sur pierre, la gravure, le vitrail, la tapisserie et l'orfèvrerie connaissent un développement considérable à Strasbourg comme à Colmar, Bâle ou Fribourg, et s'enrichissent tout au long du siècle d'inspirations multiples, en particulier bourguignonnes et flamandes. Dans tous les domaines, quelques très grands artistes influencent l'évolution des arts bien au-delà des limites de la province : le sculpteur Nicolas de Leyde, le peintre et graveur colmarien Martin Schongauer, le graveur E. S. de Strasbourg, le peintre bâlois Conrad Witz, le maître verrier Peter Hemmel d'Andlau marquent cette période extraordinairement féconde.