Musées de Strasbourg
Illustration de la page : Actualité en une
Actualité en une

Le Musée Historique accueille l'écrivain Léo Henry

[Actualité | Musée Historique]

 « De quoi hier sera fait » est un projet de résidence porté par Léo Henry, écrivain, visant à mettre en récit le site de l’actuel Musée Historique de la Ville de Strasbourg, à travers son histoire longue.

 a. Projet     b. Léo Henry     c. Programmation  (haut)

 

a. Projet


Latitude N 48° 34’ 47’’
Longitude E 7° 45’ 2’’

« De quoi hier sera fait » est un projet de résidence visant à mettre en récit le site de l’actuel Musée Historique de la Ville de Strasbourg, à travers son histoire longue.

Le projet s’articule autour de l’écriture de trois textes, relevant à la fois de la documentation scientifique et de la fiction. Chacun d’eux sera présenté dans le cadre de trois rencontres puis, au terme de la résidence, recueillis dans un ouvrage numérique.
Le travail de recherche est complété par trois ateliers d’écriture tous publics, durant lesquels sont explorés les rapports qu’entretiennent objets exposés, science historique et narration.

Ecrivain oeuvrant dans les littératures dites de l’imaginaire depuis une quinzaine d’années (science-fiction, fantastique, récits historiques) et strasbourgeois depuis sa naissance, Léo Henry n’a commencé que récemment à explorer l’environnement géographique et culturel dans lequel il a grandi.

Le travail de Léo Henry étant marqué par le souci du collectif, ce travail se nourrit d’échanges avec les équipes du musée. Chaque projet sera construit avec les acteurs du cadre dans lequel celui-ci s’inscrit.

Textes
« De quoi hier sera fait » raconte, en empruntant aux techniques de la psychogéographie, de la recherche historique et de la prospective science-fictive, un récit du terrain sur lequel est bâti le musée, depuis le big-bang jusqu’à la fin des temps.
Par le pouvoir propre à l’acte littéraire, ce projet veut évoquer et mêler les innombrables réalités qui coïncident en cet endroit unique, tant dans sa dimension que l’histoire peut appréhender – du peuplement néolithique jusqu’à l’actuel musée – que dans ses épaisseurs inatteignables – le passé très lointain, les futurs possibles.
Il se propose, également, d’aborder ce lieu par la foule des personnes qui l’ont traversé, réelles, imaginées ou les deux. Ceci afin de restituer un peu de ces relations humaines singulières que des individus ont pu entretenir avec ce point précis de la planète, participant de son rayonnement.
Au terme de la résidence, les textes formeront un récit complet qui, recueilli, prendra la forme d’un ouvrage numérique d’une centaine de pages, mis gratuitement à la disposition du public.

(remonter)

 

b. Léo Henry

Né en 1979, passé par le jeu de rôle, Léo Henry publie son premier livre aux éditions de l’Oxymore en 2003 (Les Cahiers du labyrinthe), puis de nombreuses nouvelles dans les revues de référence (Emblèmes, Fiction, Bifrost…) Deux autres recueils de textes courts paraissent en 2012 et 2015 : Le Diable est au piano (La Volte) et Philip K. Dick Goes To Hollywood (ActuSF).

Le premier roman, Rouge gueule de bois, sort à a La Volte en 2010, suivi de Sur le fleuve (avec Jacques Mucchielli) chez Dystopia en 2013. Le Casse du continuum (2014) et La Panse (2017) sont publiés directement en poche chez Gallimard (collection Folio SF).
À partir de 2008, Léo Henry, Jacques Mucchielli et Stéphane Perger développent l’univers de Yirminadingrad, cité dystopique présente dans quatre recueils de nouvelles, un spectacle musical, une trentaine d’illustrations… Le dernier volume réunit douze des plus importants auteurs de la SF française. Yama loka terminus (2008), Bara Yogoï (2010), Tadjélé (2012) et Adar (2016) sont au catalogue des éditions Dystopia.

Léo Henry est aussi scénariste de bande-dessinée (série historique Sequana chez EP avec Stéphane Perger, one shot Rainbow Mist avec Fred Boot), de jeu vidéo (bible narrative de Remember Me chez Don’t Nod) ou de cinéma (adaptation de La Horde du contrevent en film d’animation chez Forge).

Il s’intéresse, enfin, de très près, à la littérature numérique. Avec Matthieu Epp il a construit le projet transmédia Il y a des portes (2013-2016). Avec luvan et Laure Afchain, il a développé la série fantastique en ligne Le Naurne (2015) et travaille sur un cycle documentaire sur la guerre d’Espagne (2017). Depuis 2013 et jusqu’en 2023, il envoie gratuitement chaque mois un texte de fiction à qui le souhaite dans le cadre de ses Nouvelles par email.

Léo Henry a obtenu le Grand prix de l’imaginaire en 2010 pour la nouvelle Les trois livres qu’Absalon Nathan n’écrira jamais (Denoël). Il fait partie du collectif Zanzibar.

www.leo-henry.com

(remonter)


c. Programmation

-> Rencontres « Les invités de l’écrivain »
La résidence est rythmée par trois rencontres au Musée Historique.
Chacune d’elle est divisée en deux temps :

- la lecture d’un texte prenant les apparences d’un discours scientifique, mêlant recherches authentiques, narration littéraire et jeux poétiques

- une discussion avec un spécialiste invité, à laquelle le public est invité à se mêler

Jeudi 10 novembre de 18h à 20h
Avec Jean-Claude Gall, géologue et paléontologue
Ce premier récit raconte l’histoire du lieu-même où a lieu la rencontre, depuis la nuit des temps (plusieurs millions d’années avant notre ère) jusqu’à la construction du premier abattoir au XIIIème siècle. Cette lecture sera suivie d’une discussion avec Jean-Claude Gall, géologue et paléontologue.

Vendredi 9 décembre de 18h à 20h
Avec Monique Fuchs, conservatrice du musée
Ce deuxième récit traite du temps qui court de la construction de l’abattoir municipal (XIIIème siècle) jusqu’à l’instant présent.

Vendredi 20 janvier de 18h à 20h
Avec Roland Lehoucq, astrophysicien, grand connaisseur de science-fiction
Ce dernier récit parle du temps futur et propose plusieurs expériences de prospective, d’abord à court terme, sur l’avenir du musée et celui de la ville, puis de plus en plus lointaine, jusqu’à des millions d’années dans l’avenir.


->Ateliers

« Les rendez-vous de l’écriture »
Samedis 5 et 26 novembre, 14 janvier de 14h30 à 17h30
Écrire avec Léo Henry
Trois ateliers d’écriture ouverts à tous permettront de reprendre et de partager avec certaines des techniques mises en oeuvre dans le cadre de cette résidence.
En partant d’objets singuliers tirés des collections du musée, interrogeons les récits réels ou imaginaires dont ces artefacts sont porteurs.
En fonction de la qualité des textes produits, ceux-ci pourront trouver une place dans les lectures au cours des rencontres et/ou dans le livre numérique retraçant la progression de la résidence.
Ces ateliers sont ouverts à 15 personnes.

(remonter)