Musées de Strasbourg
Illustration de la page : Expositions à venir
Expositions >> Expositions à venir

Patrick Bailly-Maître-Grand "Colles et Chimères"

[Exposition | Musée d’Art Moderne et Contemporain]
28|06|2014-19|10|2014
Illustration de Patrick Bailly-Maître-Grand

 

C’est en 2012 que le photographe Patrick Bailly-Maître-Grand a entrepris de donner à la Ville de Strasbourg, où il s’est établi il y a plus de trente ans, une centaine d’œuvres qui ont rejoint depuis les cimaises du Musée d’Art moderne et contemporain de Strasbourg.

De formation scientifique mais aussi peintre à ses débuts, il fait partie du courant des photographes expérimentateurs qui, dans les années 1980, ont choisi d’opter pour une démarche réflexive sur l’histoire et la technique du médium.

L’exposition « Colles et Chimères » consiste ainsi non seulement en une présentation de la donation mais aussi en une rétrospective qui permet d’aborder de façon plus exhaustive la diversité de la pratique de Patrick Bailly-Maître-Grand qui passe autant par une interprétation des secrets des origines de la photographie – daguerréotypes, rayogrammes, chronophotographies de Marey … - que par l’exploration de techniques complexes  -périphotographie, solarisation…

Vivant et travaillant à Strasbourg depuis 30 ans, Patrick Bailly-Maître-Grand a des liens forts avec cette ville qui transparaissent dans nombre de ses séries photographiques à l’instar de l’Hommage à Arp (1988) –où le photographe rend hommage au grand artiste strasbourgeois, membre des mouvements dada et surréaliste, à travers un jeu sur les volutes « arpiennes » d’un bouillon gras dans lequel surnagent les lettres "A, R, P". 

Mais les sujets explorés par Patrick Bailly-Maître-Grand dépassent largement le cadre de ce patrimoine historique et culturel local et s’emparent de thématiques valorisant l’étrange voire le surréel à travers des photographies qui métamorphosent les objets du quotidien ou ceux chinés dans les brocantes.  L’aléatoire, l’insolite et l’humour font partie intégrante de son œuvre où sourd également une réflexion profonde sur le passage du temps, nourrie par la recherche de nouveaux modes de construction, de mises en scène et de compréhension de l’image photographique ainsi qu’en témoigne par exemple le triptyque Repérage (2004), réflexion autour du thème de la vanité.

Privilégiant l’empreinte du réel de l’analogique à « l’emprunt au réel » du numérique, Patrick Bailly-Maître-Grand fabrique des « machines à distraire » tout en revendiquant une vision du monde duelle, enjouée et mélancolique, tout autant celle d’un bricoleur que d’un esthète raffiné.

 

Commissariat : Héloïse Conésa, conservatrice au MAMCS

 

Cette exposition est organisée en partenariat avec le Musée Nicéphore Niépce de Chalon-sur-Saône qui présente également en juin 2014 une exposition consacrée à Patrick Bailly-Maître-Grand, donateur à cette institution d’une centaine d’œuvres ainsi que d’une partie de sa collection de photographies anonymes en 2012.

 

Autour de l’exposition :

à l'auditorium
Samedi 28 juin à 14h30 : Entretien de Patrick Bailly-Maître-Grand avec Michel Poivert, Professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne