Musées de Strasbourg
Illustration de la page : Actualité en une
Actualité en une
Location d'espaces
 

Journées du Patrimoine - au Musée Archéologique

[Actualité | Musée Archéologique]

Dans le cadre du projet de réaménagement de la place du Château, la Ville de Strasbourg a confié à l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) la réalisation des fouilles archéologiques préventives, prescrites par le Service Régional de l’Archéologie d’Alsace. Depuis le 2 juillet dernier, une équipe d’une dizaine d’archéologues, sous la responsabilité de Heidi Cicutta, intervient sur quatre secteurs de fouille et dans une tranchée d’installation de divers réseaux traversant la place. Des résultats très intéressants concernent plusieurs périodes historiques allant de l’époque romaine au XVIIIe siècle ont dès à présent été mis au jour.

En avant-première, dans le cadre des Journées européennes du Patrimoine 2012, l’Inrap et le Musée Archéologique proposent au public de découvrir une petite sélection des découvertes les plus remarquables. Cette « mini-exposition », associant vitrines et panneaux explicatifs, sera présentée du 15 septembre au 9 octobre dans l’entrée du Musée Archéologique.

Trois secteurs de fouille, et leurs découvertes respectives, sont concernés :

  • La grande tranchée de réseaux centrale :

Elle a livré une découverte exceptionnelle de l’époque romaine dans la praetentura, secteur du camp abritant les demeures des tribuns de la légion. Malgré sa faible emprise, cette tranchée a révélé divers vestiges de murs, dont une cloison, effondrée d’un seul tenant, portant de chaque côté une peinture murale de grande qualité : sur l’une des faces, colonnes et panneau encadrent une femme debout ; une belle guirlande rouge dotée d’un nœud vert orne l’autre. Minutieusement prélevées, les deux peintures sont actuellement en cours de nettoyage et de restauration.

  • Sur le flanc sud de la cathédrale :

Des niveaux de circulation foulés par les bâtisseurs de la cathédrale ont été dégagés et étudiés par les archéologues au Sud de l’édifice. Ils sont constitués d’éclats de grès étalés par les tailleurs de pierre devant leur lieu de travail. Damés par un passage incessant, ces niveaux se sont accumulés entre le XIIe et le XVe siècle sur une épaisseur d’environ 1,50 m. Des déchets de taille avec des traces d’outils nous renseignent sur les techniques de travail de la pierre. Des scories témoignent de l’activité métallurgique, des couches de mortier du travail des gâcheurs et des fragments de plomb et de vitraux évoquent l’activité des maître-verriers.

  • Devant le 5, place du Château et l’Œuvre Notre-Dame : 

Un bâtiment du XVIIIe siècle, édifié sur des fondations médiévales, a été partiellement mis au jour devant l’Œuvre Notre-Dame. Les observations faites par les archéologues ont été confortées par diverses sources historiques, dont le plan-relief de 1727. Nommée « Maison Schoettel », d’après l’un de ses locataires du XIXe siècle, ce bâtiment est arasé en 1855 pour agrandir la « place du Palais ».